B-Fast

La composition d’une équipe B-FAST dépend du type d’intervention et donc du type de catastrophe (inondations, pollutions, tremblements de terre, raz-de-marée, etc.). Les membres de l’équipe sont notamment responsables pour la recherche, la localisation et le sauvetage de personnes enfouies sous les décombres suite à des éboulements provoqués par des tremblements de terre, des explosions et des glissements de terrain.

Les modules d’intervention belges qui, dans le cadre de B-Fast, peuvent intervenir à l’étranger sont les suivants:

  • Urban Search And Rescue (USAR), dont des équipes de secours cynophiles
  • High Capacity Pumping (HCP)
  • Advanced Medical Post
  • Field Hospital
  • CBRN Detection and Sampling
  • Emergency Temporary Shelter
  • Water Purification

L’aide belge à l’étranger est coordonnée au niveau européen. A la demande de l’UE, la Belgique envoie alors une équipe B-FAST (Belgian First Aid and Support team). Le SPF Intérieur apporte sa contribution à B-FAST par l’intermédiaire du DICa-DIR, Détachement d'Intervention en cas de Catastrophe à l'étranger. Ce détachement fait partie de la Direction générale Sécurité civile du SPF Intérieur. Les membres de DICa-DIR font toujours partie des services d’incendie ou de la Protection civile.

La Belgique a notamment envoyé une équipe B-FAST lors des catastrophes survenues aux Philippines, à  Haïti, en Roumanie …

Appeler B-Fast

La demande d’aide d’un pays de l’Union européenne touché par une catastrophe parvient via le « Emergency Response & Coordination Centre » (ERCC) de la Commission européenne. L’ERCC collecte et analyse les informations relatives aux catastrophes, assure le monitoring des risques éventuels, prépare le déploiement des experts, des équipes et des moyens, et collabore avec les Etats membres en vue de répertorier les moyens disponibles. L’ERCC transmet à son tour la demande aux Etats membres. Chaque pays peut alors faire une proposition d’assistance qui peut aller de la fourniture d’une aide médicale jusqu’à l’épuration d’eau, en passant par la fourniture d’abris et d’un accueil aux victimes. Le pays qui demande l’aide décide ensuite de l’aide dont il a besoin, en fonction de ses nécessités.