Journée d'étude opérationnelle "incidents avec explosifs"

Le 28 juin 2016, le Centre fédéral de connaissances pour la Sécurité civile (KCCE) a organisé une journée d'étude opérationnelle pour les services d'incendie et la Protection civile au sein de l'Ecole Royale Militaire (ERM), sur le thème "incidents avec explosifs".

Des experts de la Santé publique, de la Police fédérale, du Service d'Enlèvement et de Destruction d'Engins Explosifs (SEDEE) de la Défense et du service d'incendie de la zone Anvers ont expliqué à cette occasion comment ils géraient ce type d'incidents. Objectif final : échanger les meilleures pratiques afin d'aboutir à une procédure opérationnelle standardisée commune, axée sur la collaboration multidisciplinaire.

Maarten Verburg, Capitaine-Commandant, SEDEE, plaide pour une collaboration multidisciplinaire poussée au niveau des incidents avec explosifs : "Nous sommes prêts à travailler de manière uniforme sur tout le territoire, en élaborant des procédures opérationnelles standardisées et en s'y entraînant ensemble. Nous souhaitons également participer à l'organisation d'une formation multidisciplinaire et à une diffusion plus large du protocole d'accord entre la Défense et l'Intérieur."

Quatre sapeurs-pompiers des zones Brabant flamand Ouest et Sud-Est jouissent d'une expérience au sein de la Défense ou de B-Fast, et ont donné, lors de cette journée d'étude, une première impulsion au niveau du contenu d'une telle procédure opérationnelle standardisée multidisciplinaire et de la formation. Pour le compte du KCCE, ils entendent mettre sur pied un groupe de travail, composé de personnes motivées issues des différentes disciplines et jouissant d'une certaine expérience avec ce type d'incidents. L'organisation d'un Train The Trainer est prévue pour fin 2016 et intégrerait les points suivants :

  • Reconnaissance d'un incident avec explosifs
  • Approche à adopter lors d'un tel incident
  • Procédure à suivre
  • Gestion des blessés, avec notamment la pose d'un garrot

Points importants pour les secouristes

Veillez à certains "indices". Connaissez les signes précurseurs, les substances qui entrent dans la fabrication et les autres produits utilisés pour la fabrication d'explosifs faits maison. Avec une odeur spécifique liée à ces produits chimiques ou encore de la documentation sur la fabrication d'explosifs trouvée sur les lieux de l'incident, ceux-ci peuvent indiquer qu'il s'agit d'un labo d'explosifs. Cela permet également de distinguer un labo d'explosifs d'un labo de drogues, par exemple.

Si vous êtes le premier sur place, tâchez, dans la mesure du possible, de transmettre le "qui, quoi, où" à la police, afin qu'elle puisse utiliser ces informations pour la suite de l'enquête.

Comment réduire vous-même le risque pour votre service de secours ?

Certaines personnes souhaitent toucher volontairement la population et les services de secours, et il importe dès lors qu'accorder une attention accrue à la sécurité des citoyens, mais également à votre propre sécurité. Vous pouvez, par exemple, maintenir une distance suffisante, en faisant attention à l'environnement lorsque vous  vous rendez en intervention et en prêtant encore plus d'attention à vos propres actes. Où vais-je me positionner, aucun véhicule suspect ne se trouve-t-il dans les environs, la reconnaissance peut-elle être entamée en toute sécurité, y a-t-il un risque de deuxième attaque, etc. ?

Protéger ou couvrir  des explosifs ne supprimera jamais  totalement le danger. Il importe dès lors encore plus d'évacuer les personnes présentes le plus rapidement possible après la reconnaissance, et de les faire transporter à l'hôpital après les avoir triées. Pour citer Maarten Verburg : "une vie humaine est irremplaçable, contrairement aux bâtiments et infrastructures."




Sécurité Civile fait partie du SPF Intérieur

Page d'accueil du site IBZ