Exercice multidisciplinaire Stayin’ Connected portant sur les menaces terroristes CBRNe et le développement d’une nouvelle technologie de l’information et de la communication

Internationale Missionen
Feuerwehr
Zivilschutz
Einsatz
Le mardi 26 novembre 2019 a eu lieu l’exercice Stayin’ Connected sur le terrain de l’Unité opérationnelle de la Protection civile de Brasschaat. Un incident terroriste impliquant des substances biologiques y a été simulé dans un contexte fictif à l’étranger. L’exercice était organisé afin d’entraîner les capacités spécialisées pour les incidents CBRNe (chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs) dans des conditions particulières ainsi que pour tester les possibilités d’information et de communication réciproques.
Exercice multidisciplinaire Stayin' Connected

Le scénario de l’exercice consistait en une menace terroriste biologique pendant un festival d’hiver fictif, Connect, ayant entraîné une saturation du réseau de communication dans la région. Des services spécialisés ont dû intervenir afin d’examiner un site suspect et d’entreprendre les actions adéquates. Ce scénario particulier a nécessité la réalisation de tests techniques approfondis d’une technologie de communication et d’imagerie spécialisée ainsi que le déploiement d’une base opérationnelle (Base of Operations) logistique.

Au total, l’exercice a mobilisé 75 personnes issues du Consortium B-LiFE et de services spécialisés de la Police fédérale, de la Défense et de la Protection civile ainsi que du Centre d’Expertise CBRNe du Centre de Crise national. La combinaison spécifique d’équipes spécialisées était une première en Belgique. 

En outre, une cinquantaine d'observateurs et hôtes de marque ont participé à l'exercice afin d'évaluer plus précisément les défis opérationnels et stratégiques dans le domaine des risques CBRNe et des télécommunications. Nous avons ainsi pu compter non seulement sur la contribution d'experts nationaux, mais également en provenance du Royaume-Uni, d'Allemagne, du Grand-Duché de Luxembourg, de l'Union européenne et de l'OTAN.

Jorn Bronselaer de la Direction générale de la Sécurité civile et coordinateur général de l’exercice : « Cet exercice était le prolongement de l’exercice BioGarden organisé le 19 juin 2018 sur le domaine militaire de Peutie. L’objectif était d’approfondir les résultats de l’époque et de poursuivre la mise en œuvre des enseignements tirés (lessons learned). L’exercice représente une opportunité de renforcer conjointement la préparation interopérable aux situations complexes. Les procédures, technologies et systèmes sont ainsi optimalisés par le biais d’une innovation basée sur les besoins en vue du déploiement en Belgique et à l’étranger. Le débriefing permet d’identifier les éléments à retravailler afin d’améliorer encore l’entraînement et l’intégration. Il est essentiel d’accroître la conscience (awareness) mutuelle concernant les méthodes de travail et les expertises des acteurs concernés. Cet exercice commun a dès lors été grandement apprécié. »

L’exercice entre dans le cadre des projets européens GIFT (Generic Integrated Forensic Toolbox), eNotice (European Network of CBRN Training Centers) et B-LiFE (Biological Light Fieldable Laboratory System). Le Consortium B-LiFE était en charge de la coordination des moyens de communication et d’analyse de la situation (via Telecommunication Emergency Node (TEN) qui intègre la communication satellite, TETRA/ASTRID, LTE, le WiFi et l’observation terrestre via Copernicus et le GNSS-Galileo).

Depuis sa réforme début 2019, la Protection civile poursuit intensivement le développement de ses capacités spécialisées ainsi que l’harmonisation avec ses partenaires, à partir de quatre Clusters. Pour cet exercice, elle était responsable de la mise en place de l’exercice ainsi que des tâches spécifiques aux Clusters CBRN et ICM (Information & Communication Management), à savoir :

  • de l'imagerie (robot, drone, caméras) ;
  • des télécommunications (TAST) ;
  • des infrastructures et de la logistique pour la gestion des crises et les interventions à grande échelle (camp de base/village de commandement) ;
  • la décontamination d’intervenants ;
  • le soutien spécifique aux enquêtes criminalistiques dans des conditions CBRNe.

Dans le cadre de cet exercice, le Centre d’Expertise CBRNe du Centre de crise National (NCCN) a pris en charge l’organisation d’un « Comité fédéral de coordination » simulé. C’était une excellente opportunité de tester les moyens de communication entre le terrain et cette cellule de gestion de crise, notamment la transmission radio et la transmission d’images via caméras fixes, robots, drones ou Go-Pro. L’exercice a également permis au Centre d’Expertise CBRNe d’alimenter ses processus en matière de coordination opérationnelle multidisciplinaire en cas d’incidents terroristes impliquant des substances chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires ou explosives.